Skip links

Deux levées de fonds en vue pour WAINVAM-E

Une partie de l’équipe de WAINVAM-E

Le WAINMAG-ST pourra être utilisé pour la stabilisation de champs magnétiques

Deux levées de fonds en vue pour WAINVAM-E

Spécialisé dans les solutions de métrologie innovantes à l’échelle nanométrique, Wainvam-E prépare deux levées de fonds consécutives. « A très court-terme, nous cherchons 1,5 M€. L’objectif étant également de réunir entre 6 et 8 M€ début 2023 », indique Michel Feret, docteur en intelligence artificielle et co-fondateur de Wainvam-E en avril 2020 avec quatre associés aux profils complémentaires. Ces derniers détiennent aujourd’hui 88 % du capital de la deeptech. Le reste est partagé entre les salariés (3%) et des business-angels (9%). Soutenue par Bpifrance et les collectivités, Wainvam-E s’est jusqu’ici développée grâce à des aides à l’innovation et l’entrepreneuriat. La société entend également postuler à des dispositifs de Bpifrance, mais aussi au programme européen EIC Accelerator.

Des recrutements

Ces deux opérations financières doivent permettre à Wainvam-E de poursuivre la structuration de son équipe, son développement commercial et sa R&D. Installée sur le parc technologique de Soye à Ploemeur, la PME emploie 34 salariés, contre 18 à l’été 2021. Michel Feret anticipe 5 à 8 recrutements d’ici la fin de l’année, en parallèle de la levée de fonds. Jusqu’ici installée dans 350 m2, Wainvam-E vient de prendre deux bureaux supplémentaires de 180 m2. Disposant déjà d’un laboratoire de physique et d’optique, la société a structuré un laboratoire de biologie et de chimie. Au global depuis sa création, Wainvam-E a investi 800 k€ dans ses laboratoires et 400 k€ dans son infrastructure informatique.

Plusieurs produits

Sur le secteur de la métrologie nanométrique, Wainvam-E développe des capteurs ayant des propriétés quantiques et optiques particulières. Sa technologie exploite un défaut de la structure cristalline des diamants couplé à des modélisation mathématiques et des algorithmes. Ces capteurs ont vocation à être intégrés, à plus ou moins long terme, dans différents produits sur diverses applications. Commercialement, la société s’est lancée à l’automne 2021. « Nous avons fait le choix de vendre aussi à des tiers la carte électronique que nous avons développé pour notre gamme de magnétomètres, dont le premier modèle doit sortir à l’automne prochain. » Wainmag-ST permettra de mesurer de manière ultra-précise la variation d’un champ magnétique dans l’optique de le stabiliser. Wainvam-E ciblera des laboratoires de recherche fondamentale en physique atomique

D’autres magnétomètres

La gamme sera complétée par d’autres magnétomètres qui permettront de caractériser l’usure ou la corrosion d’un matériau dans une logique contrôle non destructif. « On pourra détecter la corrosion dans différents environnements complexes comme des centrales nucléaires, des puits de pétrole. » Michel Feret évoque aussi un contrat avec Safran pour un magnétomètre permettant, de part sa taille, d’inspecter les recoins d’un train d’atterrissage. Wainvam-E travaille aussi sur un système ultra-sensible, permettant par fonctionnalisation des nanodiamants de détecter de cibles d’intérêts comme des biomarqueurs. Un premier nanodiamant avec du polyéthylène glycol (PEG) a été lancé début mai, ciblant commercialement les laboratoires de biologie à l’échelle internationale. La PME propose aussi, depuis un mois, un service de caractérisation de la qualité quantique des diamants colorés.

 

Maureen LE MAO – « Le fil API » – JUIN 2022

This website uses cookies to improve your web experience.