Skip links

Le stress oxydant

Le stress oxydant – ou stress oxydatif – est impliqué dans de nombreux phénomènes allant d’une simple brûlure à des maladies graves telles que le cancer, les maladies infectieuses ou les maladies neurodégénératives. Il est favorisé par des mécanismes internes tels que des infections ou des carences, ainsi que par des facteurs externes tels que le tabac, l’exposition au soleil et la pollution.

Le stress oxydant est défini comme le résultat d’un déséquilibre entre la production de ces radicaux libres et d’autres espèces réactives d’oxygène et la présence d’antioxydants capables de les éliminer. Il est ainsi classé selon une échelle d’intensité, c’est-à-dire des niveaux faibles à des niveaux élevés. De ce fait, d’un point de vue chimique, le stress oxydatif peut être défini comme le déséquilibre du statut REDOX (balance réducteur/oxydant) de la cellule entre les niveaux physiologiques et les niveaux d’activité.
Mais, il est important de noter que l’élimination d’un trop grand nombre d’espèces réactives peut fausser les voies de signalisation cellulaire et de ce fait, augmenter le risque de maladies chroniques : il faut donc préserver l’équilibre entre oxydant et antioxydant et ne pas chercher à éliminer tous les oxydants.

Différence entre capacité antioxydante et activité antioxydante :
La capacité antioxydante est une définition thermodynamique liée à la constante d’équilibre qui peut être aussi définie comme le rendement de la conversion thermodynamique, c’est-à-dire le nombre de mole d’espèces réactives piégées par 1 mole d’antioxydant pendant une période de temps déterminée. L’activité antioxydante quant à elle, est principalement liée à la cinétique de réaction : elle reflète la vitesse d’oxydation chimique de l’antioxydant testé ou encore la vitesse d’extinction d’une espèce réactive.

Par conséquent, la détection fiable, précise et sensible du stress oxydant dans les cellules comme la propose WAINVAM-E permet de nombreux diagnostics médicaux.

Elle est donc importante notamment dans le milieu pharmaceutique, la médecine, la dermatologie, l’agroalimentaire et l’écotoxicologie.

Références

S. Balasaheb Nimse et D. Pal, « Free radicals, natural antioxidants, and their reaction
mechanisms », RSC Advances, vol. 5, no 35, p. 27986‑28006, 2015, doi:
10.1039/C4RA13315C.

This website uses cookies to improve your web experience.
X